Voici les sept raisons pour passer moins de temps sur les réseaux sociaux.

7 raisons pour passer moins de temps sur les réseaux sociaux

Vous souhaitez passer moins de temps sur les réseaux sociaux ? Comme 63 % des Français présents sur ceux-ci, vous n’y parvenez pas ? Vous souhaitez connaître les 7 raisons pour passer moins de temps sur les réseaux sociaux ? Dans l’ère numérique où nous vivons, les réseaux sociaux sont devenus une partie intégrante de notre quotidien. Si ces plateformes offrent des opportunités inégalées de connexion et de partage, une utilisation excessive peut cependant avoir des conséquences indésirables sur notre bien-être mental, physique et social. Découvrez les 7 raisons pour lesquelles passer moins de temps sur les réseaux sociaux pourrait être bénéfique pour votre santé.

Raison n°1 pour passer moins de temps sur les réseaux sociaux : vous êtes malade (N’allez pas courir chez votre médecin maintenant).

Voici 7 raisons pour passer moins de temps sur les réseaux sociaux.

Une étude, publiée dans le Journal of Social and Clinical Psychology et menée par des chercheurs de l’université de Pennsylvanie, souligne la nocivité des réseaux sociaux sur la santé des utilisateurs. Effectivement, ils renforceraient les problèmes d’anxiété, de dépression, mais aussi l’impression de solitude.

Les effets des réseaux sociaux sur la santé mentale peuvent varier en fonction de nombreux facteurs, tels que la manière dont vous les utilisez, vos prédispositions personnelles, votre âge, votre contexte culturel, etc.

Vous êtes-vous déjà comparés aux images idéalisées des autres sur les réseaux sociaux ? Si oui, vous avez sans doute ressenti ces sentiments d’infériorité, de jalousie et de dépression.

Avez-vous déjà eu peur de manquer des événements et des nouvelles ? Cela s’appelle, en effet, le FOMO (« Fear of Missing Out », en français : « la peur de rater quelque chose »). Il s’agit d’un sentiment d’anxiété que vous pouvez éprouver à l’idée de manquer des événements sociaux, des informations, des opportunités ou des expériences que d’autres vivent.

Savez-vous que les réseaux peuvent parfois être le théâtre de harcèlement et d’intimidation ? Ceci peut alors avoir de graves conséquences sur votre santé mentale. Savez-vous qu’une utilisation des réseaux sociaux peut entraîner un isolement dans la vie réelle ? Avez-vous déjà ressenti de l’anxiété ou une tristesse intense à la suite d’interactions négatives et de l’exposition à des contenus perturbants ?

Si vous, ou une personne dans votre entourage, ressentez ces effets négatifs ci-dessus, il peut être bénéfique de consulter un professionnel de la santé.

Raison n°2 pour être moins présent sur les réseaux sociaux : vous perdez votre temps.

Voici 7 raisons pour passer moins de temps sur les réseaux sociaux.

Tout d’abord, les notifications constantes des réseaux sociaux entraînent de la distraction et une diminution de la productivité. Pour beaucoup, il est difficile de résister à l’envie de vérifier la mise à jour. Cela conduit, par conséquence, à la procrastination.

De plus, l’exposition constante aux succès, aux voyages et aux événements d’autrui peut vous mener à une comparaison sociale négative. Ceci crée donc des sentiments d’insuffisance, de frustration et de jalousie.

Parfois, les interactions sur les réseaux sociaux sont superficielles. Elles manquent de profondeur. Cela peut, en conséquence, donner l’impression de perdre son temps par rapport à des interactions en face-à-face.

L’utilisation des réseaux sociaux peut aussi devenir addictive. Cette dépendance mène alors à une perte de temps considérable. Imaginez-vous ce temps investi ailleurs ? En effet, les préoccupations concernant la vie privée, et la manière dont les données sont utilisées et partagées, peuvent vous faire perdre du temps. Vous chercherez constamment à ajuster vos paramètres de confidentialité. Vous vous préoccupez aussi de la surveillance.

Une étude de Médiamétrie montre également que nous passons en moyenne 2 h 18 sur les réseaux sociaux quotidiennement. S’il n’y avait pas ces plateformes en ligne, comment auriez-vous rentabilisé ce temps ?

Enfin, passer du temps à faire défiler indéfiniment son fil d’actualité est moins enrichissant. Vous pourriez, à la place, vous engagez dans des activités qui offrent une gratification immédiate, un apprentissage. Pourquoi pas la lecture, le sport, etc. ? Des activités que vous pourriez pratiquer en complément des avantages des réseaux sociaux, comme le networking, le partage d’informations, le soutien social et l’activisme.

Raison n°3 pour décrocher des réseaux sociaux : vous dormez mal.

7 raisons pour passer moins de temps sur les réseaux sociaux.

Vous galérez à trouver le sommeil ? Vous avez des troubles du sommeil, une irritabilité, des réveils nocturnes, des insomnies ? Des problèmes avec vos heures de sommeil ? Une mauvaise humeur, de mauvaises habitudes, un mauvais état psychologique ? Vous prenez des somnifères ? Besoin de siestes la journée parce que vous ne respectez pas votre rythme de sommeil et votre horloge biologique ? Ou à cause de la somnolence ? Si je vous parle d’éveil, de réveils nocturnes, de sommeil lent, d’apnée du sommeil, d’insomnie, de manque de sommeil, de sommeil paradoxal et de sommeil réparateur ? Vous avez compris le lien avec les réseaux sociaux ?

Les écrans des smartphones, des tablettes et des ordinateurs émettent une lumière bleue, qui a un impact négatif sur notre sommeil. Cette exposition à la lumière bleue, surtout le soir, perturbe la production de mélatonine, une hormone essentielle pour régulier notre cycle de veille et de sommeil. Par conséquent, cela retarde l’endormissement et altère la qualité du sommeil.

En outre, l’utilisation des réseaux sociaux est stimulante pour l’esprit. Les informations, les débats, les actualités et les interactions sociales en ligne activent notre cerveau. Cela rend difficile la déconnexion nécessaire pour favoriser un sommeil de qualité et profond, un sommeil lent apaisant afin de reposer le système nerveux.

Les réseaux sociaux peuvent également être une source de stress, d’anxiété et de jalousie. Ils induisent des émotions négatives qui compromettent la détente et l’endormissement.

Garder son téléphone à proximité du lit est perturbateur. En effet, chaque notification a le potentiel de vous réveiller, même si vous ne répondez pas immédiatement. Le simple fait de penser « juste quelques minutes » entraîne des heures de scrolling sur les réseaux sociaux. Vous retardez ainsi votre heure de coucher avec vos cycles de sommeil. La peur de manquer quelque chose vous pousse à vérifier fréquemment vos réseaux sociaux. Même pendant la nuit, ceci perturbe ainsi votre sommeil.

L’habitude de consulter les réseaux sociaux en cas de réveil nocturne prolonge également le temps nécessaire pour se rendormir. Cette habitude a des effets néfastes à long terme sur votre santé mentale.

Le remède pour améliorer la qualité de votre sommeil ? Limiter l’utilisation des écrans, en particulier les réseaux sociaux, au moins une heure avant le coucher. Placer votre téléphone en dehors de la chambre. L’utiliser en mode « Ne pas déranger » ou en mode avion vous aide aussi à éviter les interruptions pendant la nuit. Le but ? Favoriser ainsi un sommeil réparateur. Aller se coucher, s’endormir, un gros dodo et une bonne nuit de sommeil pour se sentir au top de sa forme ! Sans caféine pendant la journée pour faciliter le sommeil ! Favoriser le sommeil et favoriser l’endormissement avec un bon oreiller. Un bon programme, non ?

Raison n°4 pour y passer moins de temps : vous êtes dépendants des réseaux sociaux.

7 raisons pour passer moins de temps sur les réseaux sociaux

La préoccupation croissante liée à la dépendance aux réseaux sociaux est un phénomène de plus en plus courant dans notre société. Lorsque vous partagez du contenu et récoltez des likes, de commentaires et des partages, votre cerveau libère de la dopamine. Oui, ce neurotransmetteur associé au plaisir, à la récompense et à la motivation. Cette réponse neurochimique renforce l’expérience des réseaux sociaux, créant ainsi une incitation à y retourner régulièrement. La réception de likes, de commentaires positifs et d’autres formes de validation sociale peut grandement renforcer l’estime de soi. Le but ? Motiver ainsi à poursuivre l’utilisation et l’interaction sur ces plateformes. Vous motiver également à mettre en pratique ces 7 raisons pour passer moins de temps sur les réseaux sociaux.

À l’origine, les réseaux sociaux sont conçus pour captiver leur audience. Des éléments tels que le défilement infini (scrolling) et les notifications en temps réel sont délibérément conçus pour prolonger le temps passé sur ces plateformes. Ils suscitent un sentiment persistant de manquer des informations importantes et intrigantes, incitant ainsi à vérifier fréquemment ses comptes.

De plus, vous ressentez naturellement le besoin d’appartenance et de reconnaissance sociale. Les réseaux sociaux satisfont ces besoins en offrant une plateforme pour l’interaction, le partage et la validation. Pour beaucoup, consulter les réseaux sociaux est devenu une habitude quotidienne inscrite dans des moments précis de la journées : les pauses, le soir et le réveil. Pour certains, les réseaux sociaux sont aussi un moyen d’évasion de la réalité et des soucis personnel. De plus, de nombreuses personnes comptent sur les réseaux sociaux comme principale source d’informations locales et internationales. Cela augmente ainsi le temps passé sur ces plateformes.

Il est donc crucial de reconnaître les signes d’une utilisation excessive ou d’une dépendance potentielle aux réseaux sociaux. Prendre des mesures pour équilibrer leur utilisation avec d’autres activités dans la vie quotidienne est tout aussi important pour préserver un équilibre sain.

Raison n°5 pour passer moins de temps sur les réseaux sociaux : vous êtes moins productifs.

7 raisons pour passer moins de temps sur les réseaux sociaux

Il existe 7 raisons convaincantes pour passer moins de temps sur les réseaux sociaux. Tout d’abord, les incessantes notification, messages, et la nécessité fréquente de vérifier les mises à jour ont tendance à interrompre régulièrement les tâches importantes. Chaque interruption demande ensuite un certain temps pour se réorienter vers la tâche initiale. Avouons-le : CONTE-PRODUCTIF !

L’utilisation fréquente des réseaux sociaux favorise également un mode pensé fragmenté, où l’attention est constamment divisée entre diverses activités. Cette fragmentation de l’attention réduit la capacité de se concentrer sur une seule tâche pendant de longues périodes. Ce qui peut entraver l’efficacité au travail.

De plus, les réseaux sociaux servent de moyen de procrastination, permettant d’éviter des tâches moins agréables. Plutôt que de s’attaquer à des défis complexes, il est tentant de parcourir les actualités en ligne. Cette habitude de consommer rapidement de nombreuses informations et interactions entraîne une sensation de fatigue cérébrale et d’épuisement mental. Ceci diminue encore davantage la capacité à se concentrer sur d’autres activités.

La comparaison constante avec les réalisations et les succès des autres sur les réseaux sociaux a également un impact négatif sur la motivation et l’estime de soi. La conséquence ? Nuire à la productivité !

En outre, l’utilisation excessive des réseaux sociaux, notamment tard le soir, perturber le sommeil. Cela a des conséquences directes sur la productivité le lendemain, après un cycle de sommeil non respecté.

La surcharge d’informations constante associée à la connectivité permanente crée une sensation d’être débordé. Elle affecte ainsi la capacité à hiérarchiser et à accomplir des tâches de manière efficace. Cela peut conduire à l’infobésité et à la procrastination.

Bien que les réseaux sociaux puissent offrir des avantages en termes de réseautage, de partage d’informations et d’apprentissage, il est important de les utiliser de manière réfléchie en définissant des moments spécifiques pour les consulter. Vous maximisez ainsi la productivité et vous minimisez les distractions pendant les heures de travail.

Raison n° 6 pour passer moins de temps sur les réseaux sociaux : vous manquez de confiance en vous.

collage of smartphones with woman portrait on surface

Les réseaux sociaux présentent souvent une vitrine où les individus exposent une version idéaliste de leur vie. Ils mettent en avant leurs succès, leurs voyages et leurs moments de bonheur. En conséquence, une comparaison constante avec ces images engendre un sentiment d’inadéquation et d’insatisfaction personnelle.

De plus, la recherche de validation par le biaise de likes, de commentaires et de partages devient un critère de valeur personnelle. L’absence de cette validation peut entraîner des sentiments de rejet et d’insécurité.

Les commentaires négatifs, les critiques et la cyberintimidation ont un impact direct sur l’estime de soi, particulièrement chez les individus qui accordent de l’importance à ces interactions.

La constante exposition aux activités de ses amis, à leurs rencontres et expériences, peut susciter un sentiment de manque et d’exclusion. Par ailleurs, les réseaux sociaux, promeuvent souvent des normes de beauté et de réussite peu réalistes, telles que celles présentes sur Instagram, encourageant une quête incessante d’idéaux inatteignables.

Bien que les réseaux sociaux offrent de nombreuses interactions, elles sont parfois superficielles, laissant un vide émotionnel et favorisant le sentiment d’isolement.

L’analyse constante des activités des autres sur les réseaux sociaux, y compris les commentaires et le nombre de likes, peut entraîner une hyperconscience de soi.

D’ailleurs, plusieurs études ont établi un corrélation entre une utilisation excessive des réseaux sociaux et des problèmes de santé mentale. La dépression et l’anxiété peuvent ainsi affecter la confiance en soi de manière négative.

Raison n° 7 pour passer moins de temps sur les réseaux sociaux : vous êtes désinformés.

selective focus photography of magazines

Les réseaux sociaux favorisent activement le partage rapide d’informations, en particulier les contenus sensationnels, provocateurs et émotionnels. Qu’ils soient véridiques ou non.

De plus, les algorithmes des réseaux personnalisent les contenus en fonction des interactions passées des utilisateurs. Ils créent ainsi des « bulles à filtre » qui renforcent vos croyances préexistantes, même si elles sont erronées.

Contrairement aux médias traditionnels, les réseaux sociaux permettent à n’importe qui de publier sans vérification. Cela favorise ainsi la propagation d’informations erronées, souvent utilisées délibérément par certains individus, groupes et gouvernements pour promouvoir des agendas ou influencer l’opinion publique. Ceci comprend aussi les informations partagées par les amis et la famille.

Par conséquent, les réseaux sociaux ont tendance à mal interpréter des sujets complexes et nuancés. Cela favorise les contenus générant des réactions émotionnelles fortes, ce qui nourrit la désinformation en suscitant la peur, la colère et d’autres émotions vives.

Les plateformes de réseaux sociaux tirent profit de la publicité et cherchent à maximiser l’engagement des utilisateurs. L’engagement les pousse à favoriser le contenu controversé et sensationnel, même s’il s’agit de désinformation.

Face à ces défis, il est crucial de développer une pensée critique à l’égard des informations rencontrées sur les réseaux sociaux. On vérifie systématique les faits auprès de sources crédibles avant de les partager.

De plus, certains réseaux sociaux ont commencé à prendre des mesures contre la désinformation en collaborant avec des vérificateurs de faits et en signalant et supprimant les contenus trompeurs.

Quelles solutions pour passer moins de temps sur les réseaux sociaux dans votre vie personnelle ?

question marks on paper crafts

Je vous propose quelques idées pour occuper votre temps sans les réseaux sociaux dans votre vie personnelle :

  • Lire des livres et des revues ? Les mots maîtres sont : s’instruire, se divertir et s’évader. Pourquoi ne pas choisir des sujets qui vous font vibrer ?
  • S’exprimer à travers les Arts ? Beaucoup de choix s’offrent à vous : la peinture, le dessin, la musique, la danse, la photographie, la sculpture, la couture, le diamond painting, la création de bijoux, etc.
  • Faire du sport ? Savez-vous que la pratique régulière d’une activité physique est bénéfique pour la santé physique et mentale ? Au programme : une randonnée, un footing, du yoga, de la musculation… Le choix des activités sportives est très varié. Vous pourriez trouver l’activité qui vous plaît. Dans l’idéal, il est préférable de passer du temps en plein air.
  • Apprendre quelque chose de nouveau ? Pourquoi pas une nouvelle compétence, une langue étrangère, un instrument de musique ou simplement un MOOC sur un sujet qui vous intéresse ?
  • Sociabiliser dans la vraie vie (IRL) ? Par exemple, vous pourriez vous retrouver autour d’un verre et d’un repas avec vos amis et votre famille. De préférence, en profitant du moment présenté et sans vos smartphones.
  • Faire du bénévolat ? Pourquoi ne pas contribuer à votre communauté en défendant une cause qui vous tient à cœur ? Écrire et tenir un journal. Je vous parle bien sûr d’un journal papier qu’on ne partage pas sur les réseaux sociaux. Cela est un peu old school mais l’écriture thérapeutique permet d’exprimer vos pensées et vos émotions.
  • Méditer ? Bien que la méditation ne soit pas adaptée à tout tempérament, elle aide à réduire le stress, à améliorer la concentration et apporte une tranquillité mentale. D’autres alternatives existent, telles que la sophrologie et l’hypnose. Autre solution : prendre une tisane à la camomille et à la valériane pour se détendre avant d’aller au lit et retrouver un sommeil réparateur dans les bras de Morphée. Se préparer au sommeil avec un rituel dans une chambre à coucher calme est essentiel. Il est également nécessaire de respecter son heure de coucher, son horloge interne, son temps de sommeil (7-8 heures pour un adulte).
  • Voyager et faire un road trip ? Il n’y a pas besoin d’aller loin. Pour un écotourisme responsable, vous pouvez favoriser les endroits locaux. Un petit conseil ? Vous pourriez faire vos touristes dans vos villes et vos villages en visitant les musées.
  • Se fixer des objectifs ? Ceci est une question d’épanouissement personnel et professionnel. Cela fonctionne pour moi ! Vous pourriez prendre une to-do list et y noter vos objectifs atteignables. Une fois chaque objectif accompli, vous reprenez confiance en vous. YOU CAN DO IT ! YOU DID IT !

Quelles sont les solutions pour passer moins de temps sur les réseaux au travail ?

question marks on paper crafts

Je vous propose quelques idées pour occuper vos pauses en conclusion de cet article sur les 7 raisons pour passer moins de temps sur les réseaux sociaux :

  • Se concentrer sur les tâches prioritaires.
  • Planifier et organiser ses missions, ses rendez-vous et ses réunions.
  • Prendre un café avec ses collègues ou manger au restaurant avec eux sans votre smartphone.
  • Apprendre de nouvelles compétences.
  • Collaborer en pleine conscience, sans distraction, avec vos collègues.
  • Prendre des pauses actives en faisant une courte promenade, des étirements, des exercices de respiration pour se ressourcer.
  • Mettre à jour son CV et son profil LinkedIn.
  • Faire du mentorat et accueillir avec bienveillance ses nouveaux collègues.
  • Rechercher de nouvelles opportunités afin d’être pleinement épanoui dans votre vie professionnelle.

Et vous, quelle utilisation avez-vous des réseaux sociaux ? Pourriez-vous vous en passer ? 

[Article de blog commandé par Mme Capelle M.]

Charlène Malandain pour vous servir. Je suis rédactrice web culturel et blogueuse littéraire freelance. Au programme sur le blog ? Des chroniques littéraires, des articles sur ma vie de lectrice/blogueuse/bibliothécaire, des interviews d'auteurs et d'illustrateurs, etc. Vous souhaitez collaborer avec moi ? N'hésitez pas à me contacter à cette adresse mail : charlenemalandain@outlook.fr ! A bientôt pour de belles aventures !
Posts created 33

Laisser un commentaire

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut